Les sorties de Lapin: Au cinéma avec « Le Monde de Dory »

Bonsoir,

Lapin est une grande fan du « Monde de Nemo », elle a une adoration pour l’eau et tout ce qui est aquatique, alors c’est tout naturellement que nous avons décidé de l’emmener voir « Le Monde de Dory ».

478890.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Nous tentons pour la troisième fois de l’emmener au cinéma. La première fois, c’était à Noel, dans le cinéma de notre quartier, mais après avoir vu la bande-annonce du « Voyage d’Arlo », elle ne voulait pas voir le film (deux courts métrages sur Noel) car elle voulait absolument voir Arlo. Nous sommes donc restés 10 minutes. A l’époque, nous ne savions pas encore ce qui se passait.

La deuxième fois, c’était fin Mai avec l’école. Ils sont allés voir un court-métrage dans le même lieu qu’à Noel, tout s’est bien passé, elle connaissait les autres « spectateurs ». Elle a juste « libéré » le trop plein en rentrant.

Cette fois-ci, j’ai décidé de la « préparer » en lui montrant la bande-annonce et en parlant de Dory. Elle était donc ravie. Le seul bémol était dans le fait que le film n’est pas encore diffusé dans le petit cinéma de notre quartier, qu’elle connaît. Là, dans le plus grand complexe des environs, ça a été un peu compliqué: Grand hall d’entrée, grands couloirs, grande salle, beaucoup de monde. J’avais pris les doudous et sa peluche licorne, histoire qu’elle soit rassurée. Pendant le film, elle a passé peu de temps assise, sauf sur les marches, elle a beaucoup stéréotypé, plus que d’habitude (flapping, toupie, aller-retour), elle s’est stimulée avec les lumières rouges des contre-marches, j’ai du aller la récupérer plusieurs fois mais on est resté tout le film!

Et je peux vous dire que ce n’était pas gagné!

Revenons donc au Monde de Dory. Une belle histoire sur la différence avec une Dory bébé trop mignonne et ses troubles de la mémoire courte, des histoires d’amitié, un amour inconditionnel des parents de Dory qui ont tout fait pour la protéger. Je peux juste vous dire que son histoire nous parle particulièrement. Une belle aventure avec une Dory un peu fofolle mais tellement attachante, un Marin toujours aussi terre à terre, Nemo et de nouveaux personnages comme Hank le poulpe qui veut absolument vivre en bocal, Destinée le requin-baleine myope, Bailey le Beluga… Que vous dire de plus? J’oubliais le parti-pris pour nos amis à nageoires en dénonçant l’exploitation des parcs aquatiques, les blagues et jeux de mots (« ne te mets pas l’arrête au cour-bouillon ») toujours aussi drôles.

IMG_20160629_214558.jpg

Une claque visuelle comme nous habitue souvent les studios Pixar et un Lapin enchantée, car même si ça a été difficile, elle a adoré. Et moi, je suis très fière d’elle!

Belle soirée,

E.

Portrait de Maman Créative: Célénaa

Les réseaux sociaux, souvent décriés comme étant « négatifs », sont aussi le lieu d’échanges. Et c’est ainsi que je rencontre des créatrices, des mamans et d’autres personnes bien sympathiques. Aujourd’hui, je vous présente Célénaa.

mail.google.com

– Bonjour Célénaa, peux-tu te présenter?
Je m’appelle Elodie (et oui encore une!), j’ai 25 ans et suis maman au foyer. J’habite Lens, dans le Pas-de-Calais, mais je suis originaire du Nord. Non ce n’est pas pareil, croyez moi! Il ne faut pas dire ça ici! ;p

– Peux-tu nous parler de ton blog ?
A la base, je l’ai créé pour le partage! Quand j’ai commencé à tricoter, j’ai cherché un blog qui recensait des modèles gratuits et qui soit toujours actifs. Je n’en ai pas vraiment trouvé, j’ai donc créé le mien dans cette idée, partager des modèles et des tutos gratuit.

101315505

Gilet au tricot

– Tu tricotes, tu crochètes, tu couds, tu cuisines,.. D’autres cordes à ton arc?
Ma première passion en réalité ce sont mes filles (oui facile, mais elles sont trop fortes, super malines et super belles! Et je suis très objective, comme toutes les mamans 😉 ), tout ce que je fais découle d’elles, tout comme mon inspiration.

88967529_p

Petites robes d’été

J’ai tout appris en autodidacte, en m’aidant d’Internet quand je bloquais sur quelque chose. Depuis peu, je commence à faire les choses un peu pour moi. Je crée avant tout pour le plaisir et si en plus ça peut faire plaisir à quelqu’un, c’est que du bonus!

Sinon je touche plus ou moins à tout : Canevas, bracelet brésilien, papier mâché, collage de serviettes, animaux en perles… Et je lis aussi beaucoup, mais surtout des romans pour pré-ados, du genre fantastique avec des histoires d’amour bien niaises (oui comme les Twilight, ou la série des Lunes… Sinon, je vous conseille « A la croisée des Mondes » ou « Les mondes d’Ewilan »).

101442285
Sac en tricot

– Et tes filles?
Je suis maman de 4 superbes princesses: Lélénaa 6 ans, Cécile 5 ans, Lou-Anne 3 ans et Elisabeth 20 mois ^^ Et en exclu pour toi, ma dernière qui naîtra en septembre s’appellera Zelda. Oui, mon Homme est un fan de Jeux Vidéos et je tricote souvent derrière lui pendant qu’il joue ^^

– Avec bientôt 5 demoiselles, quel est ton secret d’organisation, entre ton blog, la maison, les filles, les créations…?
Ah le fameux secret! ^^ Et bien figure toi que c’est simple : l’Homme travaille à la maison (il tient une e-boutique)! Du coup on est en permanence 2 à gérer! Sinon c’est la même chose que pour toute les grandes familles, il y a une heure pour chaque chose et du coup tout est réglé d’avance! Donc, je « crée » pendant qu’elles jouent.
Et j’avoue tout : En général, je programme mes articles à l’avance! Surtout les modèles du mercredi, que je n’ai généralement même pas réalisé.. Hou la tricheuse :p

95116505

Petite fleur au crochet

– Tes filles font-elles des activités manuelles avec toi?
En fait non… Oui, c’est triste il faudrait que je m’y mette… Mais j’ai toujours une légère appréhension à l’idée de leur confier ciseaux, colle ou peinture…
Je dis ça mais en fait elles m’ont demandé pour apprendre à tricoter ou crocheter, comme c’est assez technique, je leur ai montré le tricotin! Elles n’ont pas encore assez de patience mais elles se débrouillent bien ^^

– As-tu encore un peu de temps pour toi?
Le temps « pour moi », c’est celui pendant lequel je tricote, crochète, couds… ou créé! Donc quand elles jouent ou dorment ;), et ça me suffit. Il y a d’autres façons de prendre du temps pour soi pour se détendre? Dites moi je suis curieuse! ^^

68507612_p

Gigoteuse Japonisante

– Quels sont tes projets ou rêves?
Vendre mes quelques créations serait déjà pas mal, n’hésitez pas à faire un tour dans ma petite boutique sur Alittlemarket 😉 ! Oui, je me fais de la pub :p

Sinon, visiter le japon ou la Corée du sud, tant qu’à voyager autant se dépayser 😉 Acheter une grande maison avec un super jardin…

Sinon, je suis volontaire pour donner des cours de tricot ou de crochet chez moi, ou alors je peux faire des réalisations sur commande si cela vous intéresse!

86971917_p

Couverture au tricot

J’aimerais aussi beaucoup faire plus de rencontres créatives, du genre des tricot-Thé… Malheureusement, je n’ai pas vraiment trouvé de groupe ouvert sur Lens… Je fais partie du groupe Tricot Solidaire de Lille mais comme je ne suis pas motorisée c’est assez dur pour moi de m’y rendre… Donc, si vous êtes dans le coin et que ça vous dis, faîtes moi signe!

Avec ce groupe, j’aimerais bien lancer des campagnes de tricot-don pour les prémas de Lens ou la Croix Rouge, voire participer à plusieurs à l’opération « Mets ton bonnet » (Innocent reverse 0,20€ aux Petits Frères des Pauvres pour chaque Smoothie vendus avec un bonnet tricoté)! Si vous êtes partantes, n’hésitez pas à me contacter!

– Où peut-on te trouver?
Sur mon blog : http://celenaa.canalblog.com
Sur ma petite boutique : http://www.alittlemarket.com/boutique/celenaa
Sur Twitter (j’aimerais bien discuter avec vous) : @CelenaaLand
Ravelry : http://www.ravelry.com/people/Celenaa
Après pour être tenue au courant de mes posts :
Facebook : http://www.facebook.com/pages/C%C3%A9l%C3%A9naa/161880673913522
Google + : http://plus.google.com/116469682073552520583?prsrc=5
Hellocoton : http://www.hellocoton.fr/mapage/Celenaa

Merci beaucoup à toi pour cette petite interview, ce petit bout de moi chez toi, je me suis bien amusée à te répondre!

Trouver du temps pour créer quand on est maman

Ce blog, c’est un peu mon bébé. Quelques années d’articles quand j’étais seule, puis, une nouvelle vie, avec déménagement pour Lille, un nouveau boulot, une vie de couple, une grossesse, un bébé…

Et mon blog a évolué pour me ressembler encore plus.

Parfois, je reçois des messages très gentils, de jeunes femmes et/ou mamans qui me lisent. Et leurs messages m’a donné une idée d’article!

Comment je fais pour trouver du temps pour créer avec un enfant?

Avoir un bébé ne signifie pas « sacrifice » comme beaucoup ont tendance à le dire. C’est juste une nouvelle organisation qui se fait d’elle-même.

Pendant ma grossesse, j’ai abandonné la polymère. Pourquoi? Car j’ai lu que les vapeurs peuvent être toxiques. J’avais aussi arrêté de boire du café, de manger du sucre et j’ai respecté les préconisations concernant le lait cru et les aliments crus. Je ne voulais pas que quelque chose arrive par ma faute. Du coup, j’ai testé la porcelaine froide, le fil d’alu, la couture… Mes mains ne sont pas restées inoccupées et j’ai décoré la chambre de bébé.

Après la naissance, quand j’ai trouvé mes marques et mon rythme (vers ses deux mois), j’ai repris avec joie la polymère. Au début, Lapin (enfin les bébés en général) ne fait que dormir, donc très facile de trouver du temps. Au fil des mois, et surtout avec la reprise du travail, j’ai du revoir mon organisation. Je reviendrai plus tard sur la reprise du travail…

Alors, je pouvais, si je n’étais pas trop fatiguée, créer le soir. Papa Poule n’étant pas là le mercredi soir (soirée jeux vidéos avec les copains), c’était MON soir. Je m’installe un plateau tv, enfin deux, un avec mon repas, et un avec mon bricolage, devant des émissions telles que « Cousu Main », « Pekin Express » ou des séries comme « Desperate Housewives ». Avoir un soir pour soi, c’est très important.

Il me restait les quelques week-ends où je ne travaillais pas. Pareil, je m’écoutais et ne me forçais pas, soit c’était ballade, soit repos, soit bidouillages…

Puis, le rythme s’est accentué au boulot (mais j’y reviendrai) et Lapin a dormi de moins en moins. Papa Poule m’aidait à « monter » les bijoux, allait se promener avec Lapin pour me laisser du temps pour moi et ma copine Agnès me motivait.

Là, je bidouillais dès qu’elle était à la sieste, en m’organisant pour pouvoir ranger vite si jamais elle se réveillait car je n’avais pas d’atelier. Et je pouvais bidouiller le soir avec un plateau tv, pas grand chose, mais c’est déjà ça, et ça m’a permis de ne faire fonctionner le four qu’une fois par semaine. Les pièces finies, restaient sur des plaques de carrelage et recouvertes d’un Tupperware pour éviter les poussières.

Aujourd’hui, j’ai un peu plus de temps mais elle dort encore moins, alors je bidouille dès qu’elle est chez Papie et Mamie, à la crèche, à la sieste ou le soir. Et on a déménagé, donc je devrais avoir une pièce où je pourrais laisser mon bazar en suspens très bientôt!

Et on bidouille ensemble, moi à la polymère, elle à la pâte à modeler, moi à la couture, elle aux perles en bois… Et créer, c’est bien, mais communiquer prend beaucoup de temps, donc je profite des moments où elle est en train de jouer pour prendre la tablette, écrire, tweeter etc.

Vous voyez, ma vie n’est plus celle d’avant (il faut dire que je ne m’en souviens plus vraiment), mais je n’ai pas l’impression d’avoir moins de temps. J’ai même repris le sport, je chine, je cuisine, je fais le ménage et je prends soin de moi. Comme avant, voire plus, mais je savoure VRAIMENT ces moments 🙂

La naissance… Ou du moins celle de ma fille!

Âmes sensibles, ne pas lire. J’ai écrit tout ceci dans la chambre après la bataille. Le plus important c’est que malgré tout, ce jour  est de loin, le plus beau jour de ma vie.


Bonjour,

Lundi 22 avril, minuit et des bananes. Quelques contractions, puis quelques douleurs dans les reins. Elles reviennent souvent. Je me dis « tiens, c’est peut-être le début du travail ».

Portable à la main, je les chronomètre. Pas très régulières ces douleurs, je continue de chronométrer. Elles deviennent plus intenses, mais largement supportables. Je fais mes exercices de respirations et ça passe. Je me rends compte que j’ai eu plus mal il y a trois ans avec une pyélonéphrite. Deux spasfons, mais ça ne les calme pas. Je me dis « chouette, enfin ! ».

On arrive vite à toutes les 4-5 minutes. Il est 4h du matin. Je mets les dernières choses dans ma valise, comme ma BB crème (oui TRES utile !).

Douche, bol de céréales et je vais réveiller le papa. Il est 5h (Il n’est pas en forme et s’est tapé une gastro carabinée la veille). Je bois un café avec lui et on part tranquillement.

On arrive aux urgences et on tombe sur la sage-femme qui m’avait fait le décollement de membranes. Là, je n’espère qu’une chose, que ça ne soit pas encore un faux travail et je me dis qu’au pire, on aura pas besoin d’y aller à 9H. Elle est surprise de nous voir, m’ausculte et me sort  » on va passer en salle « . En salle ?  » Oui en salle de naissance, vous êtes ouverte à 3 ! ».

La joie, ouverte à 3, ça veut dire péridurale directe ! Elle m’installe la perf, nous donne des tenues magnifiques (chaussons, bonnets, blouses, etc) et on nous accompagne, salle de naissance n°6.

6h45. On m’installe pour la péridurale, l’anesthésiste n’a pas l’air sympa mais bon, je m’en fous, je veux juste la piqûre magique, même si je gère très bien les contractions, je n’ai pas forcément envie d’avoir mal. Il me pique, je ne sens pas l’aiguille mais le ¤¤¤, il me fait très mal avec le cathéter. L’horreur, il me trifouille dans la colonne, ça fait très mal. Il me dit qu’il doit recommencer, donc deuxième piqûre, et hop, cathéter, il fait mal mais moins que la première fois. C’est installé, il m’explique le système de pompe (on dose soi-même) et s’en va.

On me mets le tensiomètre, le monitoring et on m’ausculte. La sage-femme avec pour prénom « Léocadie » n’arrive pas à percevoir le cœur du bébé, donc elle me perce la poche des eaux et va installer avec un tube, une sonde sur la tête de Lapin, fait des prises de sang sur son crane pour vérifier l’oxygène mais n’y arrive pas. Une seconde sage-femme prend le relai et plus douée, fait toute la manip en deux secondes. Verdict: Tout va bien.

Il est 8h, changement d’équipe, chouette. Une sage-femme se présente et sera chargée de mon accouchement. J’ai complètement oublié son prénom, je me rappelle d’une blonde très sympa. Elle nous propose de mettre de la musique. Le papa regarde les compiles et on rigole car elle doit dater de 1994 avec le Mégamix de Corona. Mais le CD ne passe pas, trop rayé, on a donc de la musique classique.

Il fait très chaud et je gère la péri en appuyant seulement quand la douleur est très forte. J’ai les jambes engourdies et j’ai très soif.

8h30 – Ouverture à 5,5

9h45 – Ouverture à 7

11h30 – Ouverture complète.

Je demande à la sage-femme de ne pas m’informer si elle me fait une épisio avant la fin de l’accouchement pour ne pas me stresser. Elle me fait pousser. Je ne sens plus mes jambes et ça fait deux heures que du liquide coule (la poche a mal été percée par Léocadie), j’ai peur de me faire dessus mais la sage-femme me rassure.

Elle sent sa tête et me dit qu’elle fera moins de 4kg. Je pousse encore, rien ne se passe. La sage-femme me dit qu’on va attendre jusque 12h30 que Maurice descende tout seul.

Un autre anesthésiste arrive et remet une seconde dose de produit dans la machine, sur conseils de la sage-femme.

Ça pousse dans mes fesses, je me dis que bientôt, j’aurais mon bébé dans les bras, j’ai hâte. Elle revient à 12h30 et me dit que rien n’a bougé, qu’il va falloir surement l’aider avec les ventouses. Elle me fait appuyer plusieurs fois de suite sur la péri et au bout d’un moment, c’est elle et le papa qui appuient dessus.

13h… Je vois débarquer une dizaine de personnes. J’ai très chaud, je retire mes lunettes. Là, l’interne qui m’a fait l’écho du samedi apparaît, c’est elle qui va m’accoucher, ainsi que le docteur I. qui avait l’écho du 5eme mois et nous avait annoncé que Lapin était une fille.

Là, ils surélèvent la table, avancent les lumières vers mon entre-jambe, mettent mes jambes dans les étriers (d’ailleurs une des personnes ne l’avait pas bien installée et ma jambe gauche est tombée avec l’étrier au premier mouvement). La sage-femme appuie encore sur ma péri, les médecins sortent des grands trucs en métal et là, je comprends : Les Forceps. Même myope, je les vois très bien. Une machine de guerre. On les place dans mon intérieur, tourne des vis etc. Puis, on me dit qu’il faut aller très vite.

L’angoisse m’envahit. On me fait pousser et l’interne tire en même temps. L’horreur, ça fait mal aux os. Je pousse encore et encore mais rien. Là, je panique. Elles se mettent à deux pour tirer, j’ai très mal, je hurle et je pousse. Et je me fais limite engueuler car « on ne doit pas m’entendre ». Là, je pleure et je pousse, j’ai très chaud. Tout le monde me parle en même temps, je ne comprends plus rien. On me sort « restez avec nous » et je rétorque « je vais pas aller faire un tennis ! ».

Puis, je repousse, l’interne me dit de ne l’écouter que elle. Sauf qu’un coup elle dit « poussez, euh non inspirez » et « inspirez, non poussez ». Je ne contrôle plus mon corps, mes jambes ne tiennent plus et on me demande de laisser mes fesses à plat sur le lit, sauf que quand elles tirent, mon corps se soulève et je n’arrive pas à le maintenir. Je demande aux sages-femmes de maintenir les jambes, je me retourne vers le papa, les larmes plein le visage et je pousse. Puis, on me fait bloquer, je respire, puis on me fait pousser, bon là, je sens plus rien, et on me dit « venez la chercher » et là, je la vois.

J’ai peur de la faire tomber, j’ai l’impression qu’elle glisse et la sage-femme m’aide à la mettre sur moi. Elle est là. Les yeux ouverts, pleure à peine. J’en pleure de joie et j’oublie tout le reste.

On me la prend, la puéricultrice crie « 4,7 kg ! », j’envoie le papa avec ma fille pour les premiers soins. L’interne me recoud et je lui demande si ils vont enlever le placenta et elle me sort en rigolant « tout est fait, on a même fait le prélèvement du sang de cordon ! ». J’ai une déchirure, 4 points, rien de bien grave comparé à la violence de l’accouchement.

On me ramène mon bébé, elle est née à 13h25 et pèse 4,520 kg pour 55 cm. Elle est magnifique et plus rien d’autre ne compte.

20130422_155758766_iOS.jpg

Aujourd’hui, je ne suis pas capable d’estimer le douleur, je ne m’en rappelle plus, je ne garde que le souvenir de la peur que j’ai eu, qu’on lui arrache la tête et qu’on m’arrache le corps comme dans les films d’horreur. Je ne me rappelle pas du visage des médecins présents, ni du reste. Le papa lui, est plus marqué et plus sous le choc de cette naissance et c’est lui qui me rappelle comment ça s’est passé. En tout cas, je n’en suis pas traumatisée et je me dis que sans la péri, ça ne l’aurait pas fait ! L’accouchement a été très rapide pour un premier.

Après deux heures de peau à peau avec mon bébé, on nous monte chambre 215. Je ne pense qu’à une chose : Boire.

L’interne est venue me voir trois jours plus tard, j’ai beaucoup parlé avec elle et elle me dit que je poussais bien mais que la petite n’aurait pas pu sortir seule et que c’était un accouchement difficile malgré tout. Ça m’a fait du bien ce petit débriefing, je culpabilisais de ne pas avoir pu faire mieux.

J’espère que vous gardez un merveilleux souvenir de votre (ou de vos) accouchement(s) et que, dans le cas contraire, vous êtes bien entourée.

A très vite, pour la suite de mes aventures!

E.

Serais-je une bonne mère?

Bonjour,

Et non, toujours pas là, Lapin fait des siennes!

Pas de kilos en plus, des « faux travails » en veux-tu, en voilà. L’attente est longue, plus on approche du but, plus c’est long. J’attends désespérément les vraies contractions.

Le plus dur est le regard des autres, ceux qui te font sentir que tu ne seras pas à la hauteur. Les hormones n’aident pas à prendre la moindre remarque (ou blague) à la légère.
Je rigole des leçons et conseils qu’on me donne, comme si je ne m’étais jamais occupée de bébés et d’enfants. J’ai juste deux frères avec 12 et 14 ans de différence, et je les ai quasiment élevé. Je ne parle pas du nombre de « petits cousins » que j’ai gardé et des cinq ans où j’ai travaillé en tant qu’animatrice avec des petits de 2 à 6 ans.
La seule chose que je ne maîtrise pas c’est l’allaitement, ce qui est un peu normal.
Mais bon, les gens qui me connaissent vraiment ne se conduisent pas comme ça, heureusement, j’ai déjà bien à faire avec les réflexions sur mon poids! ^^
Reste à patienter un peu.
A bientôt,
E.

Moi, la baleine échouée

Bonjour,

Allez, un petit article spécial « poids ». Et oui, grossesse rime avec « grosse », « kilos » et tout ça.

On peut faire attention à ce qu’on mange, quand la nature en a décidé autrement, on gonfle comme un ballon de baudruche. A deux semaines du terme, j’ai pris 23 kilos.

A partir du 3eme trimestre, je suis considérée comme en « surpoids », mais les médecins ne me disent rien, je n’ai pas de diabète et j’ai éliminé sucres et gras de mon alimentation (sauf le dernier mois, j’ai craqué sur le chocolat).

En résumé:

Premier trimestre (3 kilos) + second trimestre (15 kilos) + troisième semestre (5 kilos) = 23 kilos
On nous met la pression, un mois = un kilo, mais sincèrement, on n’est pas toutes égales devant la prise de poids, je pense que Victoria Beckham n’a pas le même métabolisme que Kim Kardashian…
Le plus dur, c’est surement d’accepter son nouveau corps. Personnellement, le second trimestre a été très dur vu la prise de poids, alors que le dernier, je m’en fichais royalement, tant que mon bébé était au chaud et que je n’avais pas de vergetures sur le ventre!
Alors, les blagues du style « t’es sure qu’il y en a pas deux? », « la grosse » etc, c’est rigolo cinq minutes, comme si on y pouvait quelque chose et encore, je ne me plains pas, je ne fais pas d’œdème (une pensée pour celles qui en ont fait).
Et enfin, on ne perds pas tout le poids pris à l’accouchement ou dans les deux mois qui suivent. Le corps se transforme pendant neuf mois, il lui faut du temps pour s’en remettre!
Bref, j’étais pas si mal en baleine.
Prenez soin de vous,
E.

Un bébé trop gros? ou les risques d’une macrosomie – Suite et fin

Bonjour,

A ce jour, logiquement, il me reste encore trois semaines! Elle peut arriver tranquille 🙂

L’écho de cette semaine a écarté tout risque de macrosomie (bébé trop gros qui peut faire un arrêt cardiaque, ça se calcule en pourcentile). Elle fait 3,4 kg et on prévoit donc un petit 3,8 kg à la naissance, à plus ou moins 500 g! On ne me déclenche pas du coup.

Tout va bien, reste à patienter.

J’ai eu le droit à deux faux travails, la joie. Donc, maintenant, je peux me promener, prendre la voiture et faire le ménage!

Je vous embrasse,

E.